DCEM - Des Cendres en Mer

Réglementations

D.C.E.M.  DES  CENDRES  EN  MER  A  VOTRE   SERVICE  -  

TEL   06 61 93 09 24

 

 

Nous organisons pour vous la cérémonie en mer de dispersion de cendres ou d’immersion d’urne biodégradable dans le respect de la législation  funéraire.

 

Des Cendres En Mer

CEREMONIE EN MER

 

 

Nous sommes très soucieux du respect de la législation funéraire et des autorisations de dispersion des cendres funéraires en mer. Nous nous informons régulièrement de l’évolution de la réglementation funéraire. Contactez nous !

 

SAVEZ  VOUS  QUE  NOUS POUVONS REALISER POUR VOUS  TOUTES LES FORMALITES ADMINISTRATIVES DE DISPERSION OU IMMERSION AUPRES DES DIFFERENTES COMMUNES  ? 

La loi sur la destinée des cendres a changé le 19 décembre 2008. Depuis cette date, il est interdit de les conserver chez soi, elles doivent absolument être disséminées. Le législateur prévoit que le famille puisse confier pour un délai de 1 an maximum les cendres funéraires après crémation au crématorium. Il n’est pas autorisé, toutefois,  de conserver  les cendres au domicile.

Contactez nous pour un devis de cérémonie en mer pour dispersion de cendres funéraires ou immersion d’urne biodégradable en mer  Tél 06 61 93 09 24 ou  par mail : contact@descendresenmer.com  

Réglementation funéraire de la dispersion de cendres en mer :

L’immersion des cendres cinéraires en mer est autorisée si elle respecte la réglementation maritime et si elle est effectuée à plus de 300 mètres de la côte (loi du 2/01/1986 et article L. 2213-23 du CGCT). Elle est, en revanche, interdite dans une rivière ou un fleuve.

Quelques formalités préalables doivent être accomplies après la crémation incinération par la famille :

  • Déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt précisant la date à laquelle la dispersion est prévue.

  • Déclaration à la mairie de la commune du port d’attache du bateau

Contactez nous pour un devis de cérémonie en mer pour dispersion de cendres funéraires ou immersion d’urne funéraire en mer   tél 06 61 93 09 24   ou par  mail :  contact@descendresenmer.com

En France, la dispersion de cendres funéraires en mer est autorisée, de même que le transport privé d’une urne funéraire.

 

DCEM  Une entreprise à votre écoute

REPARTITION DES CENDRES EN MER

 

 

Il est également possible d’immerger l’urne qui contient les cendres dans la mer. Dans ce cas, il est recommandé de choisir une urne funéraire biodégradable dispersible  (exemple en sel, en bois, en carton, en argile)

 

Savez vous que nous pouvons procéder à une cérémonie en mer  pour vous ? 

Nous vous proposons une prestation personnalisée selon vos désirs et vos volontés, témoignages des familles après la cérémonie en mer sur notre page « témoignages »

Contactez nous pour un devis pour une cérémonie en mer de dispersion de cendres funéraires ou immersion d’urne biodégradable en mer    Tél  06 61 93 09 24  ou par mail :  contact@descendresenmer.com   

 

DES  CENDRES  EN  MER      à votre service par téléphone ou par mail        Tél  06 61 93 09 24 

dispersion de cendres en mer avec voilier ou bateau moteur

dispersion de cendres en mer en bateau avec votre famille et vos amis

 

 

 

ECUME DE MER LORS D UNE DISPERSION DE CENDRES

NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DE LA DISPERSION DE CENDRES EN MER

 

 

CONSERVATION   DES  CENDRES REGLEMENTATION FUNERAIRE LEGISLATION FUNERAIRE

La loi du 19  décembre 2008 interdit désormais la conservation d’une urne funéraire dans une propriété privée : même si le défunt avait exprimé le souhait de faire déposer ses cendres à son domicile antérieurement à cette date. La destination des cendres funéraires est aujourd’hui strictement réglementée. Cinq solutions peuvent être envisagées  :

  • l’inhumation de l’urne dans une sépulture ou un caveau,

  • le dépôt de l’urne dans un columbarium,

  • le scellement de l’urne sur une sépulture,

  • la dispersion des cendres dans l’espace aménagé à cet effet d’un cimetière  «  jardin du souvenir  »

  • la dispersion des cendres en pleine nature, sauf sur les voies publiques et dans les lieux publics. (autorisation de dispersion des cendres à demander à la Mairie)

Dans ce cas, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles doit en faire la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt, où un registre indique l’identité du défunt, ainsi que la date et le lieu de dispersion des cendres.

Notez qu’il est possible de disperser les cendres dans les mers  mais pas dans les cours d’eau, qui sont considérés comme des voies publiques.

Des Cendres En Mer Tél 06 61 93 09 24

LA MER POUR DERNIERE DEMEURE

 

NOUS REALISONS  LA  DISPERSION  DES  CENDRES  FUNERAIRES  EN  MER  MEDITERRANEE POUR VOUS

Contactez nous pour un devis de cérémonie en mer pour dispersion de cendres en mer ou immersion d’urne funéraire biodégradable en mer   par tél  06 61 93 09 24    ou  par mail  :  contact@descendresenmer.com  

 

 

DES  CENDRES  EN  MER           TEL     06 61 93 09 24

 

Pour la  dispersion des cendres funéraire ou des urnes funéraires directement à la surface de la mer  nous pouvons le réaliser à partir d’une distance minimum  de  300 mètres des côtes.

Cette forme de dispersion offre l’avantage de pouvoir s’effectuer près des côtes, et donc si besoin à l’abri. Cela permet également à une partie des accompagnants qui ne pourrait ou ne voudrait embarquer, de pouvoir suivre la cérémonie de la côte.

 

NOUS REALISONS  L’IMMERSION  DES  CENDRES  FUNERAIRES  EN  PLONGEE AVEC URNE BIODEGRADABLE

URNE  BIODEGRADABLE  EN  BLOC  DE  SEL  URNE EN BOIS OU URNE EN  CARTON  OBLIGATOIRE  POUR  L’IMMERSION  EN  MER  DE  VOS  CENDRES  FUNERAIRES

 

 

IMMERSION  D  URNE  BIODEGRADABLE  EN  MER  MEDITERRANEE

NOUS REALISONS L IMMERSION DE CENDRES AVEC URNE BIODEGRADABLE EN MER MEDITERRANEE

 

Vous devrez choisir  :

  • soit une urne en sel  

  • soit une urne en carton  ou urne en bois

  • soit enfin une urne  en  sable ou une urne en argile.

    URNE EN SABLE BIODEGRADABLE

    URNE EN SABLE BIODEGRADABLE




La dispersion des cendres se faisant ainsi après immersion et dissolution de l’urne.

 

Les Autorités, pour donner l’autorisation de dispersion de cendres funéraires en mer,  exigent qu’une urne funéraire soit immergée à au moins 3 milles des côtes (soit près de 6 km). Cette exigence est fondée sur l’évidente nécessité d’éviter que la mer (courants marins, tempêtes) ne rejette une urne à la côte avant sa dissolution, comme cela peut naturellement arriver si l’immersion de l’urne funéraire a été faite trop près de la terre et à faible profondeur. Notez que la mer Méditerranée, proche de Nice, Antibes et Cannes permet une dispersion sereine.

 

 

DES CENDRES EN MER  DCEM TEL 06 61 93 09 24

DISPERSION D URNE BIODEGRADABLE EN MER PAR DES PROFESSIONNELS DCEM A VOTRE SERVICE AU TEL 06 61 93 09 24

 

 

Savez  vous  que  nous réalisons  des prestations  de qualité  avec  respect  et  délicatesse ?

 

DES LIEUX SPLENDIDES POUR DISPERSION DE CENDRES EN MER

DES LIEUX SPLENDIDES POUR DISPERSION DE CENDRES EN MER

De même, pour éviter que l’urne avant dissolution ne soit remontée involontairement par un engin de pêche (filet), cette immersion doit se faire dans des secteurs où ce type de pêche est interdit et plus par un prestataire professionnel qui connaît bien son territoire.

Selon la réglementation funéraire, pour respecter l’esprit de l’article R 2213-39 (du code général des collectivités territoriales), on ne doit pas faire cette dispersion d’urne funéraire  dans les voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (ports, chenaux d’accès). (législation funéraire)

IMMERSION D UNE URNE BIODEGRADABLE  EN CARTON  EN  MER

IMMERSION D UNE URNE BIODEGRADABLE EN CARTON EN MER

 

 

Pendant la cérémonie, notre bateau restera le temps que vous souhaiterez pour vous recueillir sur place en toute intimité et sérénité.

Vous pourrez mettre à la mer des fleurs, pétales, coquillages

De même, si vous désirez que cette cérémonie s’accompagnera de musiques ou de chants, vous pourrez amener une clef USB que nous diffuserons à bord selon votre volonté.

Au cours de la cérémonie vous pourrez rendre hommage à la personne défunte  par la lecture d’un  poème .

 

Petit phare de Juan les Pins

LE PHARE DE JUAN LES PINS CAP D ANTIBES

 

 

 

La minute de la  culture :

 

La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain mort. Les cendres peuvent ensuite faire l’objet d’un rituel, comme être conservées dans une urne ou dispersées dans un lieu, qui est parfois symbolique comme dans la mer.

La crémation de cendres (et non incinération de cendres)  a été institutionnalisée en Asie par le bouddhisme et l’hindouisme, étant avec l’enterrement  l’une des techniques les plus communément utilisées par l’Homme.

Le terme que l’on retrouve dans  la langue française  est crémation qui est l’action de crémer, autrement dit de brûler un cadavre.

N.B. Le Petit Larousse indique le mot « cramer » : (ancien provençal cramar, brûler, du latin cremare, brûler) mais il paraît impossible d’utiliser ce mot aujourd’hui.

Le terme d’incinération est à proscrire car il fait référence à la destruction de déchets. Crémer est un terme existant dans la langue française depuis le 12e siècle  et crémation depuis le 13e siècle, mais ils sont peu usités jusqu’au  19e siècle.

N.B. Incinération vient du substantif latin ciniscineris qui veut dire cendre ; c’est notre civilisation « moderne » qui a rattaché ce terme à « déchets ».

On retrouve dans divers documents des termes comme « crématoriser », « crématiser » et « crématiste », mais ils restent marginaux et sont à l’heure actuelle des néologismes.

On peut cependant constater que, face à l’utilisation courante mais fausse de l’expression « incinérer un corps », l’introduction d’un de ces termes dans la langue française permettrait de faire une différenciation nette entre « incinération des ordures » et « crémation des corps »

Depuis quelques décennies en occident et dans les pays occidentalisés, la crémation se réalise dans un crématorium. Le corps est placé dans un cercueil et celui-ci dans un four chauffé à 850 °C. C’est la chaleur et non les flammes qui réduit en cendres le cercueil et le corps. La crémation dure environ 1 h 30.

L’usage de la crémation en France est autorisé depuis la loi du 15 novembre 1887 (parue au Journal Officiel le 18 novembre, le décret d’application étant publié le 27 avril 1889) sur la liberté des funérailles

 

 

Depuis les années 90, la crémation est de plus en plus pratiquée. En 1980, cette technique n’était utilisée que pour 0,9 % des obsèques, en 1994 pour 10,5 % et en 2004 pour 24,95 % selon les crématistes.
En 2010 selon l’Association Française d’Informations Funéraires  (AFIF), la France et les DOM TOM comptent 141 crématoriums. Le taux de crémation approcherait  à 50 % en 2011

La crémation est très pratiquée au Japon (99,8 % des décès) ainsi qu’à Hong Kong (86 %). Aux États-Unis, la proportion est de 32 %.

Dans plusieurs pays européens, le taux est très élevé :

  • Suisse (78,8 % en 2005, 89 % en 2010).
  • Royaume Uni (70% en 2010).
  • République tchèque (78,4 %).
  • Danemark (73,8 %).

Dans les pays catholiques, elle est plus rare :

  • Italie (8,5 %).
  • Espagne (19,3 %)
  • mais elle gagne du terrain en Belgique (42,2 %).

Dans les pays confessionnellement partagés, elle oscille autour de 50 % (Pays-Bas 51,7 %). En Norvège, ce taux est de 34 % et en Finlande de 33,7 %  Dans les villes, ce taux est plus élevé que dans les campagnes (50% à Paris, 70% à Bruxelles, 95% à Copenhague)


 

Une urne funéraire (aussi appelée « urne cinéraire », du latin cinis, -eris = cendre) est un vase fermé en pierre, en bronze, en marbre, en albâtre, en céramique, en verre ou même en matériaux biodégradables (carton, sel, sable, bois, argile)  dans laquelle les proches d’un défunt conservent ses cendres après sa crémation. Les urnes biodégradables sont destinées à être immergées au fond de l’eau de mer pour une dispersion.

Une urne est destinée à accueillir l’ensemble des cendres issues d’une crémation (en moyenne trois litres), au contraire d’un reliquaire qui n’en contient qu’une part. La réglementation française ne prévoit pas cette distinction de vocabulaire et certaines des entreprises de pompes funèbres proposent à la vente des urnes décoratives qui ne peuvent contenir l’intégralité des cendres.

 

La minute historique :

La première fonctionnalité d’un crématorium est d’être un lieu où l’on incinère les défunts.

Cependant, il est proposé aux familles de rendre un dernier hommage au proche par le biais d’un moment de recueillement. La gestion d’un crématorium consiste donc à accueillir les familles, les accompagner dans cet instant difficile et mener à bien l’acte technique. Le crématorium peut conserver l’urne funéraire (ou cinéraire) pendant un an mais la famille, passé ce délai, doit la récupérer pour une destination finale selon la réglementation funéraire. Autorisation de dispersion des cendres en mer par un professionnel dûment référencé auprès de la Direction du territoire et de la mer (ancien Affaires Maritimes) du département.

En 1887, une loi sur les libertés funérailles est votée. À partir de cette date, toute personne majeure ou émancipée peut choisir son mode de sépulture (crémation ou inhumation).

Cependant, les crématoriums ont connu des débuts difficiles car ce n’est qu’en 1963 que l’Église catholique autorise la crémation (pendant près de 80 ans la crémation était condamnée par le  Vatican). Le privilège du monopole funéraire jusque janvier 1998 ne favorisa pas la construction de crématorium ni la promotion de ce choix, une cérémonie avec crémation étant d’un coût moins élevé d’environ 30 % que celui d’obsèques avec inhumation en cimetière…

Le premier crématorium français a été créé en 1889 à  Paris, dénommé aujourd’hui Crématorium du Père Lachaise. Désormais, toutes les régions métropolitaines sont équipées de crématoriums.

Le nombre de recours à la crémation est en constante évolution. En effet, dans les années 1990, la crémation ne concernait que 5 % des décès et en 2006 ce taux s’élevait à 26 %. Dans cette logique, le nombre d’établissements augmente ; en 2007 on comptait 135 établissements sur le territoire français métropolitain et d’outre-mer. A fin 2011, il en existe 144

Contrairement aux autres pays européens, les filtres ne sont pas obligatoires en France, à ce jour, pour limiter le rejet dans l’atmosphère de mercure, plomb, dioxine et autres substances nocives majeures. Un arrêté de janvier 2010 oblige les crématoriums français à s’équiper avant le 17 février 2018

Vous voulez disperser les cendres du défunt en mer :

Cendres du défunt dispersées en mer :

La personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt. L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion de ses cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet.
Aucun délai n’a été fixé pour cette déclaration (art. L 2223-18-3)
Respect de la réglementation maritime et des 300 mètres (loi littoral du 2/01/1986 et article L. 2213-23 du CGCT) et dispersion hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (côte, plage, port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin, etc.)

Urne Immergée dans la mer :

La personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt.
L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion des cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet. Aucun délai n’a été fixé pour cette déclaration (art. L 2223-18-3)
S’il est possible d’immerger une urne biodégradable (en sel, en carton ou autre matière biodégradable) en mer, celle-ci doit s’effectuer à une distance minimum de 3 milles marins (environ 6 km) des côtes (loi littoral du 2/01/1986 et article L. 2213-23 du CGCT) et hors des voies et espaces publics maritimes clairement balisés ou délimités (port, chenal d’accès, parc de culture ou d’élevage marin …)

Le préfet maritime ne délivre aucune autorisation pour la dispersion de cendre funéraire en mer.

Les communes sont-elles obligées de créer un registre répertoriant les dispersions de cendres en pleine nature ? :

En application de l’article L.2223-18-3 du Code général des collectivités territoriales, en cas de dispersion des cendres en pleine nature, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt. L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion de ses cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet.

Dans l’hypothèse où l’obligation de création du registre susmentionné ne serait pas respectée, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles peut solliciter la commune concernée en vue de cette création et, en cas de refus ou de silence gardé pendant plus de deux mois, saisir le tribunal administratif.

Compte tenu de la volonté du gouvernement relayée par le Parlement, de limiter le poids des normes supportées par les collectivités territoriales, il n’est pas envisagé de modifier la réglementation en vigueur. Toutefois, ces dispositions, et les obligations qui s’y rattachent, seront rappelées aux préfets dans une prochaine circulaire.